• YouTube Himulak Lodge
  • Instagram Himulak Lodge
  • Facebook Blog Himulak

6 tendances qui vont marquer la reprise du tourisme aux Philippines

Mis à jour : févr. 12

Après avoir "épluché" quelques observations en Europe et mon expérience ici aux Philippines, je te partage une liste des 6 tendances et non-exhaustive qui, selon moi, vont marquer la reprise des voyages aux Philippines.



1. Voyager… dès que possible


Une chose est sure, l’envie de voyager est là !

Dès que les frontières s’ouvrent, dès que les bonnes nouvelles tombent, le Suisse, le Français, le Belge ... pense à boucler sa valise.


Il suffit pour s’en convaincre d’observer les tendances des fêtes de fin d’année. La Tanzanie, la République Dominicaine ou encore les Maldives ont enregistré un bond pendant les fêtes.


L’urgence ici pour les autorités est de recréer progressivement les conditions de circulation claires et de séjours fluides et respectueuses des nouvelles règles sanitaires


2. L’appel du local rural.


📷 Malcapuya : Envie d'une nuit seul sur une île ?


Loin des foules. Éclaboussés par la pandémie, les voyageurs sont moins friands de grandes agglomérations et destinations touristiques, relèvent plusieurs études.

Ce sont les lieux moins peuplés et situés hors des grands centres touristiques qui sont les plus en vogue, traduit un communiqué d’Airbnb sur les dernières vacances scolaires.


En témoignent, aux Philippines, l’expérience des bulles touristiques comme celle de l’île la plus en vogue de l’archipel à Boracay, très mitigée d’inachevé malgré les grandes annonces.


En France les trois destinations les plus tendances en nombre de recherches, d’après la plateforme Airbnb : le village du Cros en Occitanie, Senones dans le Grand-Est, et Pénestin. Qui l’eut cru ?

3. Last minute


Comme toujours depuis le printemps, les annonces tombent au dernier moment, avec application quasi instantanée. Restrictions de voyage, tests Covid-19, voire demandes de quarantaine.


Cet imbroglio, avec des changements de consignes annoncés parfois sans préavis, entraîne de la confusion pour les voyageurs. D’ailleurs, le porte-parole du gouvernement philippin et la (les) task force locale en perdent le nord.


Tous ces stop and go qui ont ponctué l’année 2020 ont encouragé les voyageurs à se décider au dernier moment. Même sur une destination lointaine comme les Philippines. Ce sera l’une des grandes contraintes avec lesquelles les acteurs du voyage devront composer.

4. La flexibilité, un atout majeur


📷 Comment cintrer le bambou sans le casser ? La technique est simple. Il suffit de le chauffer pour l'assouplir et lui donner la forme souhaitée.


Environ 50% des voyageurs jugent indispensable que leur prochain séjour soit remboursable, d’après une étude "Booking" publiée récemment.


Avoir des conditions d’annulation Top flexibilité, pouvoir annuler sans frais, c’est une demande prioritaire des clients que Google a d’ailleurs ajouté comme filtre.

Des assurances, plus vendues que par le passé, permettront également de rassurer le touriste.

5. Des options plus durables


📷 Savourer le charme tropical d'un cocon signé Himulak à Palawan.


La pause forcée créée par la pandémie a donné aux voyageurs (et à l’industrie) du temps pour réfléchir à la façon dont nous nous déplaçons – 63% des voyageurs attendent de l’industrie qu’elle propose des options plus durables, d’après l’étude de Booking.com.


Les voyageurs Européen sont plus nombreux que jamais à vouloir réduire leur impact sut la planète. Quitte à voyager moins souvent, mais plus longtemps. Retombées pour les populations locales, des voyages plus respectueux de l’environnement, des hébergements plus doux, moins ArtificielLand surclimatisés font partie des attentes croissantes.

6. Le recours à des prestataires fiables et de qualités


📷 Coron, mars 2020, pas si facile ….. Car il ne suffit pas simplement de booker, il faut aussi rentrer ...


La pandémie n’a fait que souligner le rôle essentiel des professionnels du voyages, souligne aussi Amadeus. 40% des voyageurs internationaux attendent de leur, hébergeur, agence qu’elle soit présente pour résoudre les problèmes et fournir davantage de recommandations, estime la plateforme.


Vidéo à voir : 174 jours bloqué sur une île paradisiaque à Palawan


En attendant, il reste, aux loueurs, aux hébergeurs aux réceptifs locaux et aux habitants dépendant 100 % du tourisme…. dans un pays sans équivalent d’aides … ben, pas grand-chose... Pas suffisant pour nourrir toutes les bouches du secteur.

Il faut tenir et comme toujours l’envie de vivre de beaux moments triomphera, le tourisme repartira (assez ?) vite ...


Si cet article t’a plu,

n’hésite pas à le partager !


Inscris-toi vite pour commenter !

361 vues